UNFPA Côte d\'Ivoire

REPORTS

Rapport de mission du 25 au 28 janvier 2012 Bongouanou

Rapport de mission du 25 au 28 janvier 2012 Bongouanou

Auteur: Gbadi Brigith & Haïdara Mariama
No. of pages: 7
Available languages: English, Français
Download ITA
English
Download ITA
Français

L'Opération des Nations Unies en Côte-d'Ivoire (ONUCI) et les Agences des Nations Unies en Côte-d'Ivoire mènent régulièrement des actions sur le terrain. Parmi celles-ci, les « Journées de l'ONUCI » rassemblent et mettent en œuvre un certain nombre d'activités de proximité et de masse sur trois (03) jours d'étape mensuelle ou bimensuelle, dans une localité ; par sa réalisation avec les populations elles-mêmes, qui sont sensibilisées au maintien et au renforcement de la cohésion sociale, mais également et surtout à la promotion de la culture de la paix.
C'est ainsi qu'au cours de ces journées, des ateliers de réflexion et d'échanges sont organisés avec des leaders d'opinion de toutes les composantes des populations locales. Bougouanou est la localité choisie pour cette 19ème édition qui se tiendra les 25, 26 et 27 janvier 2012

Les journées du 25 et 26 janvier 2012


Activités SR

En Côte d'Ivoire, 16 femmes meurent par jour du fait des complications liées aux grossesses. Les localités de Bongouanou et M'batto ne sont pas en marge de cette donne et la crise post électorale y a été un facteur aggravant aussi, nous dénombrons beaucoup de déplacés dans cette zone. Pour palier à cela, l'UNFPA a profité de cette 19ème édition pour faire des dons à l'hôpital général de Bongouanou et de M'batto et du centre de santé des sœurs. Ainsi, selon les estimations des bésoins du terrain, 250 kits dignité ont été mis à la disposition du centre de santé des bonnes sœurs de M'batto ; 1 kit accouchement médicalisé + 4 kits sage femme ont été mis à la disposition de hôpital général de M'batto et 2 kits sage femme à la dispostion de l'hôpital général de Bongouanou .


La cérémonie de remises des kits a eu lieu le mercredi 25 janvier 2012. En présence du coordonnateurs des SNU accompagné de la Représentante de ONUSIDA, des chefs coutumiers, des autorités administratives (préfet, maire, président du conseil général), la responsable du centre de santé des sœurs de M'batto, du médecin chef de l'hôpital général de Bongouanou et de ses collaborateurs.

Le jeudi 26 janvier 2012, UNFPA a participé à la cérémonie de planting d'arbres symboliques abords de la voie principale et à la cérémonie du Lancement officiel du QIP du Groupe scolaire EPP hôpital (Signature du protocole d'accord avec les bénéficiaires et pose de la première pierre).
Après ces différentes cérémonie, place a été faite au Forum d'échanges avec les populations sur la cohésion sociale et la réconciliation. Au cours de ce forum, l'UNFPA a présenté son mandat et les dons faits la veille.
Après le forum, la mission a emprunté le chemin du retour sur Abidjan.


Les journées du 26 au 28 janvier 2012


Activités VBG

Les visites au Centre Social et au Centre d'Ecoute et de Conseil ont permis de noter que lors de la crise post-électorale de 2011, Bongouanou fief du FPI et localité de l'ex président dudit parti (M. Affi N'guessan), a connu des moments très troubles, des affrontements inter ethniques opposants les nordistes et les allogènes contre les autochtones. Ainsi, en plus de la ville de Bongouanou, d'autres localités telles M'batto ont-elles aussi fait l'objet des affrontements inter ethniques pendant 9 jours. Au cours de ces affrontements, plusieurs violations ont été commises sur les femmes dont des cas de viol collectif, d'agression physique et de pillage sur la bas de l'appartenance ethnique. Les populations n'ayant pas d'information sur les services disponibles et leurs offres n'ont pu se faire prendre en charge. Les acteurs en présence n'ayant pas eux aussi reçu d'information et de formation avant la période de crise, n'ont pu référer et/ou assister les survivantes.

Grâce à l'ONG nationale OIS Afrique, le point focal VBG du Centre Social et 3 autres acteurs ont bénéficié d'une formation sur les VBG en novembre 2011 et depuis lors des actions de sensibilisation de proximités sont menées en collaboration avec le Conseil Général, les organisations de jeunesses, l'ONG Tous pour le Toukpé et l'OBF Ançardina.

Aucune évaluation de la situation VBG n'ayant été faite après la crise, les acteurs ne peuvent fournir des données chiffrées néanmoins de novembre 2011 à Janvier 2012, deux nouveaux cas dont un sur mineur ont été pris en charge par le Centre Social en lien avec les acteurs médicaux et judiciaires déjà impliqués dans la plate-forme OEV. Mais le silence n'est pas encore brisé de peur de la stigmatisation.


II/ Contribution de UNFPA aux activités des journées de l'ONUCI

La mission a contribué aux activités de la journée du vendredi 27 qui ont été marquées par des activités sportives, un atelier avec les femmes et un concert.

a) Les activités sportives
La contribution de la mission a été de remettre les récompenses des athlètes et des équipes de football. Notre présence à la tribune ONUCI avait pour objectif de marquer la visibilité de notre structure d'une part et d'autre part de témoigner de l'engagement de UNFPA auprès des organisations sœurs.

b) L'atelier des femmes
A cet atelier, nous avions à présenter les généralités VBG et les mécanismes de référencement. Ont pris part à cette activité 33 femmes et jeunes filles et 3 hommes travailleurs sociaux. La méthodologie utilisée a porté sur 4 axes :

- Echange sur la situation VBG lors de la crise post-électorale
Au cours de cet exercice, les participantes ont noté que lors de la crise des conflits inter ethniques ont occasionné plusieurs cas de violation des droits humains dont des viols collectifs sur les femmes. Ces informations confirment les informations collectées auprès du Centre Social et du centre d'Ecoute et Conseil. Au cours de ces échanges, les femmes ont semblées visiblement affectées par cette situation et l'absence de réponse a creusé plus de blessures intérieures en elles.

- Echanges sur les généralités VBG
Ce module a permis de faire ressortir les connaissances des femmes sur les VBG et de leur partager les différents types de VBG ainsi que les services disponibles (et leur localisation) pour la PEC à Bongouanou. Deux images sur les conséquences des MGF ont été présentées pour montrer l'intérêt pour les femmes à s'engager dans la lutte contre les VBG.

- Exercice sur le mécanisme de référencement
Un exercice sur les mécanismes de référencement avec un jeu à la pelote a fait ressortir les conséquences sanitaires (complications) lorsque la survivante n'a pas accès à des services de qualité à temps. Ainsi, l'exercice ressortant, un itinéraire thérapeutique long lié à la méconnaissance des services disponibles et le manque de communication dans le ménage a permis de reprendre ensemble le mapping des services disponibles et leur localisation.
Pour des questions de confidentialité, nous avons conseillé aux participantes de prendre contact avec le Centre Social ou le Centre d'Ecoute et de Conseil pour le suivi de leur cas ou pour la référence de leurs connaissances.

- Appui à l'Unité VIH de ONUCI
Nous avons apporté notre appui pour la clarification de certains concepts à l'Unité VIH de l'ONUCI qui a présenté le lien entre les VBG et le VIH.

Conclusion
Nous pouvons noter que cette expérience a été très enrichissante pour la population mais aussi pour la collaboration entre les agences et la mission ONUCI. Notre contribution à ces activités doit être mieux organisée afin que des activités sur le genre et les violations de droits humains soient planifiées sur une durée plus importante et sur une population plus grande. Les acteurs locaux pour la PEC holistique pourraient être mis en contribution afin de facilité l'accès aux services disponibles. L'implication des travailleurs sociaux de Bongounou à l'atelier des femmes, nous l'espérons va être une voie de mise en confiance des survivantes pour la recherche de réponse et un moyen de recrutement des cas non déclarés donc de faire briser le silence chez les femmes.
Par ailleurs, bien que la zone de Bongouanou ne soit pas prioritaire dans la planification humanitaire, mérite de faire l'objet d'une évaluation et d'intervention selon les informations notées au point I portant sur l'évaluation de la situation VBG. Le partenaire OIS-Afrique qui couvre la Région peut être mis en exergue sur la question .